Visite Fort Vauban en Charente

Au cours de votre visite de Fort Boyard depuis Fouras, nous serons ravis de passer par Fort Vauban. Mais, avant, un peu d’histoire.

Fort Vauban, un peu d’histoire

Patrimoine des sires de Rochefort dès le XI ème siècle, la châtellenie de Fouras doit son essor aux taxes que les seigneurs prélevaient sur les bateaux empruntant la Charente. Acquis par Philippe le Bel qui en avait repéré la position stratégique, le château est cédé aux seigneurs de Tonnay-Boutonne, pris, repris et détruit avant 1351, date où la garnison anglaise en est chassée par Boucicault. Le donjon serait reconstruit en 1480 par Jean de Brosse. Fief ligueur, le château est assiégé en 1585 par Condé. Puis, occupé par les Rochelais en 1615 avant de servir de base royale pendant le siège de La Rochelle.

En 1674, on éleva d’urgence autour du bourg un retranchement en terre palissadé. Ce, en prévision d’une attaque hollandaise qui n’advint pas.
Ici, comme à Rochefort, la vanité locale a fait intervenir Vauban. Mais, on trouve seulement des travaux de renforcement dirigés dès 1689 par Ferry. Et, ils s’échelonnèrent sur une poignée d’années et restèrent inachevés. De plus, le donjon fit prioritairement l’objet de réparations. Celles-ci consistèrent à sur-épaissir les murs par l’intérieur. Et ce, pour porter en terrasse une batterie de neuf canons et un observatoire avec des signaux. Enfin, dernière œuvre réalisée avant l’arrêt des travaux, une batterie basse semi-circulaire portant une échauguette médiane lui fut adossée en 1693 pour commander la Charente. Désignée comme « le fer à cheval» pour les ingénieurs, comme « la lune» pour les gens du pays, elle passa longtemps pour une curiosité.

En outre, la forteresse ne joua aucun rôle en 1809, lors de l’attaque anglaise dont les brûlots détruisirent la flotte française. Et c’est à l’anse de La Coue, au pied du château, que Napoléon, le 8 juillet 1815, foula une dernière fois le sol français.

 

Une histoire ponctuée par les travaux de rénovation

Des travaux importants affectèrent le château de Fouras en 1847-1848. En effet, la batterie occidentale, au pied du donjon, fut alors entièrement casematée. Et ce, pour prendre d’enfilade le littoral vers le fort de l’Aiguille et l’île d’Aix. Dans le même temps, une caserne de siège à un seul niveau, équipée de deux pavillons bastionnés, fut réalisée devant le front oriental de l’avant-cour, à l’emplacement du fossé inachevé. Conçue sur un tracé identique à celle qui fut rajoutée à la gorge de la redoute de l’île Madame, en vis-à-vis au-delà de la Charente, elle a été détruite en 1935. De plus, l’avant-cour est désormais nivelée. Et la tour du Bourg qui en formait l’angle nord-ouest, restée inachevée, a été rasée. Enfin, Le château, classé Monument historique, a récemment fait l’objet de restaurations, en particulier la « lune », tandis que le donjon a été affecté en musée.

Visite de Fort Vauban aujourd’hui

En somme, le château actuel est entièrement l’œuvre de Ferry entre 1689 et 1693. A l’exception du donjon et du front oriental de l’enceinte, cantonné de deux tourelles qui pourraient être du XV ème siècle. D’ailleurs,le donjon lui-même est une construction rectangulaire. Elle mesure 15 m x 11 m, haut de 30 m pour cinq niveaux. Et, les deux extrêmes sont voûtés. Enfin, le sous-sol renfermait un puits. Dressée en moellon calcaire chaîné aux angles, cette grande tour logeable est cantonnée sur l’angle nord-ouest d’une tourelle d’escalier circulaire. L’accès se faisait par une unique porte ouvrant vers l’ouest dans cette tourelle.

Par extraordinaire, le sous-sol de la tour est antérieur de plus d’un siècle au donjon des années 1480 qui le surmonte. En effet,cet espace souterrain forme une grande salle voûtée d’ogive à quatre travées barlongues. Il est malencontreusement recoupée par le mur de Ferry qui dissimule le pilier central. Selon une disposition fréquente au XIII ème siècle, des murs raidisseurs en croix constituent la projection au sol des nervures d’ogive. Ils relient diagonalement les neuf piliers. Enfin, tout suggère une datation dans les premières décennies du XIV ème siècle. Serait-on en présence d’une construction royale de Philippe le Bel ? Comme le suggèrent à la fois les sources et la qualité de mise en œuvre.

Lors de votre visite à Fort Boyard, nous passerons vous montrer le magnifique Fort Vauban. La visite de Fort Enet fait aussi partie de la croisière.

Texte : Benoît Lacoste (responsable d’établissement Musée de Fouras)

Technical Details
  • Model : NIXE99
  • Length: 4.20 m 13’9″
  • Width: 1.75 m 5’9
  • Weight: 86 kg 190 lb
  • Date: 2016